© 2019 par Galerie Terrain Vagh. 

24, rue des Fossés Saint Bernard, 75005

MITIA

Chanteur lyrique et comédien de formation, Mitia se lance dans la peinture en 2012, suite à une rupture amoureuse et à la découverte du travail de Gerhard Richter. Autodidacte revendiqué, il travaille dès lors quasi essentiellement l'abstraction, univers qui, selon lui, « laisse au regardeur toute la liberté de plonger émotionnellement dans son propre imaginaire ». 

Passionné par la musique symphonique et liturgique, dès 2012, il créé la série des « OPUS », œuvres directement inspirées par l'écoute des plus grands compositeurs (Mozart, Bach, Rachmaninov, Debussy, Escaich,...). À partir de 2013, il délaisse petit à petit la toile sur châssis, et préconise la toile nue, qu’il va plier, tordre, aplatir, malaxer, enlacer et arracher dans le processus de création. Il revisite d’abord le test psychologique de Rorschach, dans sa série « TOTEM », avant de développer progressivement sa propre technique le « PLIÉ/ARRACHÉ ». 

Parallèlement à cela, à partir de 2015, il se passionne pour la photographie et lance ses premieres série, son œil cherche à cueillir « l’écriture de la lumière » et à transmettre sa vision du beau dans une captation quotidienne, onirique ou abstraite du réel.

 

Il participe à sa première exposition à la I-Gallery au côté du peintre bulgare Pierre Pentchev en 2014, où il présente ses « OPUS ». Particulièrement touché par les attentats parisiens de janvier 2015, il est acteur de la « Charlie Hexpo », exposition dédiée aux victimes des attentats du 7 et 9 janvier - il créé sa première œuvre mélangeant écriture et peinture pour l’occasion.

 

En novembre 2017, au cours de l’exposition « For We The Living » de Superpoze, à la galerie Magda Danysz, Mitia est invité à créer une performance musico-picturale, au côté des musiciens Jérémie Arcache, Faroe, et SAmBA De La mUERTE - au sons et aux rythmes de la musique live, il finalise, et uni l’un à l’autre deux tableaux débutés en novembre 2015 en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, et présente ainsi l’une des dernières étapes de sa technique du « PLIÉ/ARRACHÉ ». Depuis 2018, il expose en solo une sélection photographique sous le thème « DE PASSAGE » dans divers cafés et brasseries parisiennes.